Skip to content
octobre 30, 2014 / Food Investigatrice

NYC: Day 7, Sunday

Chaque bonne chose ayant une fin, voici donc le résumé de notre dernier jour à New York, quittant la ville en fin de journée.

Pour notre dernier déjeuner j’avais pensé aller bruncher chez Russ and Daughters (le spécialiste du bagel au saumon fumé à NYC) qui venait d’ouvrir son propre resto. Las, qui dit pas de réservation dit surprise à l’arrivée. Et ça n’a pas loupé: il était tout juste midi qu’il y avait déjà 1h30 d’attente. On a donc quitté les lieux.

Par chance, on a pu trouver une solution de repli en allant chez Baz Bagel, également récemment ouvert.

Baz Bagel

Pour commencer, en tant que Français le lieu est franchement dépaysant avec son ambiance 50’s diner garantie. On l’a joué jusqu’au bout en se posant au comptoir.

On peut composer soi-même son bagel en choisissant son pain, ses ingrédients ou on peut opter pour un bagel tout fait avec une salade de macaroni en accompagnement.

20140706_164600633_iOS 20140706_165350449_iOS 20140706_165446479_iOS 20140706_170545092_iOS 20140706_170604615_iOS

Même si j’aurais souhaité plus de simplicité dans les recettes, la générosité des bagels, leur fraîcheur et la coolitude du lieu en font une expérience agréable qui m’amène à vous conseiller cette adresse.

Adresse

181 Grand St
New York, NY 10013

Plus tard, après avoir arpenté le bitume se ressentait le besoin de fraîcheur et c’est par hasard que nous sommes tombés sur le glacier Morgenstern’s.

Morgenstern’s

On reste dans l’ambiance 50’s (nouvelle tendance new yorkaise?) chez ce glacier qui ne désemplit pas. Si vous ne vous sentez pas l’appétit d’une glace, vous pourrez néanmoins opter pour un milk shake glacé, plus facile à consommer par grande chaleur.

20140706_185519221_iOS 20140706_185600332_iOS 20140706_185630713_iOS 20140706_190940030_iOS 20140706_191131720_iOS

Ici aussi on est allés chercher l’originalité dans les saveurs avec des parfums originaux (vietnamese coffee, banana curry, strawverry durian…); tout est bon pour se démarquer de la concurrence! Las, cela aurait été davantage appréciable si ces parfums exotiques ne constituaient pas 90% de la carte. Le lieu vaut malgré tout le coup d’oeil pour sa déco.

Adresse

2 Rivington Steet
New York, NY 10002

Voilà chers lecteurs, c’est la fin de notre #foodtrip à New York! On se relit à Paris ;)

octobre 27, 2014 / Food Investigatrice

NYC: Day 6, Saturday

Comme évoqué dans le précédent billet, j’omets volontairement de vous décrire notre 5ème journée, celle-ci ne nous ayant pas permis de dénicher de bonnes adresses. On a plutôt vécu un #epicfail de la bouffe à la pizzeria Lombardi. Un conseil: n’y allez pas!

La journée de samedi fut nettement plus intéressante. Nous avons traîné nos guêtres de l’autre côté du pont de Brooklyn pour aller déjeuner au food market de Smorgasburg (oui, c’est totalement imprononçable).

Brooklyn food market: Smorgasburg

Chaque samedi, ce marché prend place sur ce qui remplace à un vieux terrain de foot abandonné. Des dizaines et dizaines de stands vous accueillent pour remplir votre estomac; que vous soyez allergique au gluten, à la viande ou à l’herbe, tout le monde y trouvera son bonheur.

Le plus difficile fut de choisir car oui, il y en a tellement qu’on ne peut pas tous les faire. En viandards que nous sommes les options « nature » et « santé » ne rentraient pas dans notre périmètre de choix. Puis l’idée de street food que je me fais n’induit pas de salade de quinoa.

Tout ce qu’on a goûté était délicieux. Du hot dog, au burger, en passant par les ramen, c’était une tuerie!

Mais le « clou » du repas c’était le hot dog au homard de chez Red Hook Lobster Pound, ultra réputé en ville. Assaisonné d’une sauce mayo maison il était à tomber!

20140705_153926989_iOS 20140705_154013276_iOS 20140705_154615696_iOS 20140705_155014779_iOS 20140705_155508056_iOS 20140705_155753175_iOS 20140705_160813953_iOS 20140705_161028415_iOS 20140705_161132528_iOS 20140705_161145739_iOS 20140705_163252770_iOS 20140705_163629978_iOS

Cela vous paraîtra surprenant, mais ce fut probablement mon meilleur repas new yorkais! Savoir mitonner sur place des bons produits avec du matériel de survie n’est pas donné à tout le monde, je trouve l’exercice davantage périlleux que de sortir une burrata assaisonnée d’une cuisine de 15 mètres carrés.

Tristement, c’est le format de restauration qui manque à Paris. Et quand cela a lieu, c’est si rare et si tagué « branché » que c’est totalement plein à craquer, tout part en 1 heure (street food au Carreau du Temple, Superbarquette au Wanderlust…). Puis on ne peut pas dire que les lieux abandonnés manquent en périphérie parisienne, ni les établissements prêts à participer à ce genre de concept de manière régulière. A quand un vrai réveil parisien sur le sujet? 

Le reste de la journée, nous l’avons passé à arpenter Brooklyn. Toujours malade, nous avons passé la soirée cloîtrés à la maison, au lieu d’aller dîner avec Le Grumeau, alors en ville au moment des faits.

octobre 25, 2014 / Food Investigatrice

NYC: Day 4, Thursday

Nous avons donc commencé fiancés ce 4ème jour de notre séjour new yorkais. La chaleur était écrasante et j’ai commencé à être malade comme un chien, ce qui a rendu la moitié du séjour assez désagréable malgré le bonheur qui m’entourait.

On a décidé de pas mal flâner ce jour-là, à la base je souhaitais aller voir le marché de Union Square mais il était absent ce jour-là, pas trop compris pourquoi.

On ne s’est pas laissés abattre pour autant au déjeuner, où on en a enfin pu goûter le burger de Shake Shack.

Shake Shack

On m’aura tellement bassinée avec celui-là que je devais m’en faire ma propre idée. Alors moi qui attends d’un burger qu’il soit fat au sens gouleyant, que son bun soit brioché à souhait, épais comme il faut pour pouvoir le manger à pleines mains j’ai été servie. Clairement c’est un très très bon burger: JE VALIDE!

20140703_161656060_iOS

Attention, malgré la multiplication des ouvertures la queue est vite interminable. Pour y déjeuner, allez-y quelques minutes avant midi.

Toutes les adresses sont ici.

Pour le dîner, j’avais réservé une table au Musket Room, table plutôt branchée où officie le chef néo-zélandais Matt Lambert et récemment auréolée d’une étoile Michelin.

The Musket Room

On y retrouve tous les codes de la cuisine branchée du moment: déco indus, murs de brique, lampes qui pendent, tables brutes. Par contre la lumière était si tamisée que je ne voyais même pas le contenu de mon assiette (preuve à l’appui), un peu dérangeant cette affaire.

20140703_232822640_iOS 20140703_232852571_iOS 20140703_233957807_iOS 20140704_000852259_iOS

Le dîner s’est avéré franchement délicieux (ici le « Chicken and the egg » du menu), quoi que moins surprenant sur le plan gustatif que la veille, le service en était davantage professionnel. Difficile de tout avoir, même à New York!

Adresse

265 Elisabeth Street
New York, NY 10012

Pour achever la soirée nous sommes allés au rooftop bar Jimmy du James Hotel.

Jimmy

Le lieu n’est pas si grand que ça et sachez que vous pouvez réserver votre banquette. Attendez-vous à une ambiance américaine dans son jus: businessman éméché au bar à draguer tout ce qui bouge, blondes superficielles, jeunes riches fiers de montrer leur réussite, CSP+++ sans aucun goût vestimentaire et tout cela sur un fond de hip hop/ RnB frotti frotta. Oui, j’aime les stéréotypes.

Bon malgré tout si vous allez à l’extérieur, il faut avouer que la vue est assez dingue. Et les cocktails sont très sérieux. Comptez dans les 20€ le cocktail avec tax+tips.

20140704_021455047_iOS

Adresse

15 Thompson street
New York, NY 10013

Pour la suite des événements, sachez qu’on ne s’attardera pas sur la cinquième journée le vendredi 4 juillet, où nous n’avions rien prévu, tout était fermé et le temps franchement pourri. Une journée IMAX en somme. Au prochain épisode, on part à Brooklyn!

octobre 19, 2014 / Food Investigatrice

NYC: Day 3, Wednesday

On attaque ce billet par le récit du 3ème jour de notre séjour new yorkais. Cette journée était dédiée au shopping! Pour éviter de payer la taxe de la ville, direction l’outlet! Ce sont des magasins d’usine où les prix sont cassés, voire sacrifiés. Bien sûr, cela entend qu’on n’a pas accès à la dernière collection en cours.

Le plus proche de New York est celui de Woodbury Common. Pour s’y rendre, pas besoin de louer une voiture ou de prendre le train, des cars de tourisme partent de Times Square chaque jour, suffit de réserver son billet.

Vu la chaleur qu’il régnait ce jour-là, on était bien contents de ne pas être en ville. Las, en fin de journée la chaleur a laissé place à une pluie torrentielle. Aux US, où on aime bien être alarmistes, on reçoit alors une notification sur son Smartphone qui ne fait pas du tout flipper où l’on vous dit de rester chez vous et de préparer un sac au cas où. #toutvabien

Rentrés le soir pour dîner, mon ami avait réservé un restaurant « surprise ». Bon autant dire qu’un mois avant j’avais trouvé qu’il s’agissait du River Café.

River Café

Contrairement à ce que son nom indique, il s’agit d’un restaurant plutôt chic voire guindé (comprenez clientèle liftée et âgée).

Le gros plus du restaurant est sa baie vitrée offrant une vue sur tout Manhattan. Tout comme au restaurant La Tour d’Argent à Paris où la vue sur Notre-Dame est réservée aux riches & connus, les tables vers la baie vitrée sont réservées aux habitués. Premier gros point négatif: le jugement à la tête du client.

Quant à nous nous avions une banquette, nous étions plutôt confortables il faut dire.

Côté service, c’était la débandade. Ce que je pensais être un maître d’hôtel est venu nous amener le menu puis a filé pour revenir 10 minutes plus tard pour nous demander notre choix. Bon…pas d’explication ni recommandation alors. On ne l’a pas revu, on a ensuite eu droit à une enfilade de serveurs différents pour nous amener/ débarrasser les assiettes et nous alimenter en pain. Mention spéciale au sommelier néanmoins, qui a su parfaitement cibler notre besoin et notre budget. Faut le garder celui-la.

20140703_012855147_iOS

Dans l’assiette, là c’était du sérieux. Je ne saurai vous montrer une photo de chacune de nos assiettes mais c’était tout simplement divin. La plupart des produits servis viennent de producteurs américains, jusqu’au plateau de fromages. Honnêtement, je ne m’attendais pas à une si belle qualité de produits.

Techniquement c’était maîtrisé, je vous laisse juger par le homard décarcassé, on dirait qu’il a toujours vécu sans!

20140703_011258677_iOS

En cuisine, les chefs semblent changer régulièrement, essentiellement car le restaurant sert de vitrine aux jeunes pépites pleines d’avenir. En date: Brad Steelman aux commandes qui leur a permis de (re?)trouver leur étoile Michelin cette année.

Le dîner fini nous sommes sortis pour admirer la vue et c’est là que mon ami est devenu mon fiancé, faisant sa demande en mariage! #minutegirlie

20140703_023731731_iOS

Adresse

1 Water St
Brooklyn, NY 11201

 

Une troisième journée riche en événements donc, qui ont continué je vous rassure, la suite au prochain billet!

 

octobre 14, 2014 / Food Investigatrice

NYC: Day 2, Tuesday

Notre deuxième jour nous nous sommes bien entendus levés à l’aube à cause du décalage horaire – et de la chaleur.

Comme évoqué, notre quartier regorgeait de bonnes adresses, d’ailleurs en aparté culture nous pouvions voir le New Museum sur Bowery de notre fenêtre, chouette musée à faire si vous ne connaissez pas (attention art moderne – équivalent au Palais de Tokyo je dirais).

Pour bien commencer la journée nous avons commencé par un café chez the Butcher’s Daughter.

The Butcher’s Daughter

C’est l’adresse « healthy » dans toute sa splendeur. On vous y sert des jus « cleansing » à toutes les sauces, tout est bien évidemment « organic » et vous y trouverez un large choix de cafés. Las, le renouveau du café filtre à coup de Chemex n’a pas encore eu lieu à NYC, vous aurez encore droit au jus de chaussettes si vous souhaitez un café long.

Si vous avez envie de manger du « fat » n’oubliez pas qu’on est aux US donc vous pourrez manger des oeufs brouillés et du lard sur du pain beurré & toasté sans souci.

J’avais pris connaissance de l’enseigne via le magnifique livre « the Edible Selby » et la blogueuse mode Garance Doré en avait remis une couche, ce qui avait fini d’attiser ma curiosité.

Mais le gros de l’affaire de l’établissement c’est le lieu en lui-même: ils ont mis le paquet sur le côté nature où le style indus rencontre la ferme. C’est jeune, c’est branché et bien évidemment aux heures de pointe c’est bondé. A 9h un mardi on était plutôt tranquilles :p

20140701_123004534_iOS 20140701_123020055_iOS 20140701_123055890_iOS 20140701_125957856_iOS

Adresse

19 Kenmare St
New York, NY 10012

 

Pour déjeuner, changement de quartier direction Hell’s Kitchen où j’avais en tête de découvrir un lieu récemment ouvert: Gotham West Market. Le quartier de Hell’s Kitchen connait un réel renouveau et centralise un bon paquet d’adresses tendance où tout South Manhattan accourt. Pour la minute culture sachez que c’est le quartier où vivait Vito Corleone dans le Parrain.

Ce marché couvert est situé au rez-de-chaussée d’un immeuble récemment construit ayant vocation à abriter des condos (comprenez appartements de luxe). On n’y va certes pas pour faire ses courses mais pour s’y restaurer, une quinzaine d’enseignes y sont présentes, du burger aux bar à huîtres en passant par les ramen.

Ivan Ramen Slurp Shop

Dans ce marché, une enseigne à ramen comme son nom l’indique. Réputés sur Internet comme faisant partie des meilleurs de la ville, vous imaginez bien mon enthousiasme. C’était bon c’était frais, et cela avait le mérite d’être abordable, pas de déception il faut dire. Après vous conviendrez qu’il est délicat de « surprendre » avec un plat aussi basique.

20140701_161233518_iOS 20140701_161605002_iOS 20140701_164753441_iOS

Adresse

600 11th Ave
New York, NY 10036

 

Durant l’après-midi on s’est baladés sur la High Line, équivalent à notre promenade plantée parisienne mais bien évidemment en 10 fois plus long. On a traîné dans le quartier du Meatpacking devenu complètement inabordable puis on est rentrés tranquillement, abattus par la chaleur.

Pour le dîner, j’avais envie de tester un bon steakhouse. Après avoir épluché des dizaines de classements, on a opté pour le restaurant Costata.

Costata

Qui dit bon steakhouse dit viande de qualité et donc $$$. Mais alors à NYC on ne blague franchement pas sur les prix. Autant dire que ce type d’établissements n’est pas abordable.

Costata ne déroge pas à la règle. Le lieu est assez chic, peuplé de businessmen et d’américaines liftées qui parlent fort; pour la discrétion on repassera. Dans les restaurants, prévoyez la petite laine même en pleine chaleur. J’ai pu constater que plus les restos sont chers, plus la clim est à donf. Allez comprendre…

Au regard des prix du menu, on s’est dits que foutus pour foutus, autant prendre le plat qui claquait le plus, surtout que 100% du boeuf servi est du black angus mâturé à 40 jours. Nous sommes donc partis sur le Tomahawk Ribeye pour 2. Ajoutez-y quelques accompagnements et sauces pour marier le tout. A réserver pour les gros appétits comme nous ;)

Alors oui c’était bon, mais le rapport qualité-prix était douloureux, je m’attendais tout de même à plus de saveur dans la viande en ayant déjà mangé de la meilleure sans que ce soit du black angus. Convertis en € le dîner nous a coûté 180€ à 2…avec une demi-bouteille de vin, sans entrée ni dessert.

En somme, une expérience que je ne suis pas sûre de recommander au regard de l’enjeu financier.

20140702_001804587_iOS 20140702_005541290_iOS

Adresse

206 Spring St
New York, NY 10012

 

Après tout ça? On n’avait plus de place pour rien soyons honnêtes. Mais je vous rassure, on a continué à manger pendant notre séjour. On en reparle très vite!

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 428 autres abonnés